Conférence-débat: Femmes et Pouvoir 2017-06-09T16:00:32+00:00

Project Description

Conférence-débat : Femmes et Pouvoir

Le 16 mai 2017, l’équipe du Think tank Femmes et pouvoir a organisé sa seconde conférence-débat : de l’Ombre à la Lumière. Revenons sur les points clés de la soirée co-animée par Eve Maillet, vice-présidente de Supplément dame et Yvan Palisse, adhérent de l’association.

Trois axes de réflexions pour plus d’égalité

Axe individuel

Les trois intervenant.es qui vivent en couple avec enfants dans des circonstances différentes (mobilité professionnelle, métier avec de longues missions à l’étranger, volonté de réussir avant tout sa carrière) ont posé le partage des tâches sur table et s’y sont tenu.es, sans empiéter sur leur.e conjoint.e, parfois depuis 30 ans! A nous de vaincre les stéréotypes et ne pas craindre le regard des autres. S’émanciper du regard des autres, ne pas adopter les positions masculines, mettre en avant ses compétences propose notre invitée avocate. Mais comme l’a fait remarquer Pierre-Yves Ginet, faire très attention aux positons essentialistes. Si on se réclame de la complémentarité, on ne peut plus réclamer l’égalité. Il faut désexualiser les compétences.

Axe sociétal
En tant que dirigeante de son entreprise industrielle Isabelle Vray-Echinard s’attache à casser les représentations stéréotypées: les femmes ne font pas le café ! Elle mène une politique de promotion qui prend en compte la volonté d’égalité femmes-hommes, elle instaure une organisation discutée avec les employés en fonction de leurs aspirations et qui fasse fi du sexe des personnes.
En tant que responsable de la mission égalité, Frédérique Hannequin considère que développer l’égalité des chances à l’école ne peut pas reposer que sur les élèves. Il est nécessaire de travailler sur l’ensemble de la communauté éducative qui doit être éduquée sur l’égalité quelle que soit la fonction assumée, et de développer une vigilance collective (pas de local des « femmes de ménage », être vigilant.e sur le temps des prises de parole des garçons et des filles (25% de moins environ) en classe et des femmes et des hommes en réunion.
Pour Pierre-Yves Ginet, dans la presse d’information quel que soit le support 80% des sujets présentent des hommes. Les 20% restants, consacrés aux femmes, peuvent être divisés en 4 parties : ¼ où les femmes sont présentées dans un rôle de « femme de » ou « fille de », ¼ où elles sont montrées comme des victimes, 1/4 de femmes politiques et seulement 2 à 3% de l’information présente des femmes pour ce qu’elles font. Difficile donc pour une fille de dire, « je peux tout faire comme un garçon ». Dans le magazine Femmes, Ici et Ailleurs l’information est consacrée aux droits des femmes ici et ailleurs et à ce qu’elles font dans tous les domaines. Très peu de magazines informent sur les femmes. On peut citer Clara Magazine, 50/50 et les Nouvelles News, ces deux derniers sont des revues électronique

Axe institutionnel
Pierre-Yves Ginet est membre du Haut Conseil à l’Egalité qui, saisit des grands sujets de société, accompagné par des chercheur.es et spécialistes , fait des rapports au 1er ministre avec des propositions de lois. La dernière en date, l’éducation à la sexualité à l’école.
Isabelle Vray-Echinard a oeuvré en particulier au CNPF pour une autre gestion des mandats de ses membres (environ 1800). Elle a travaillé pour une professionnalisation des mandats, pour lutter contre l’autocensure des femmes et tendre vers la parité. Cette démarche a été reprise par le MEDEF. Mais beaucoup de chemin reste à faire.
Dans l’éducation nationale, en apparence l’égalité entre femmes et hommes existe, mais quand on regarde plus finement la gestion des carrières les femmes gravissent dans l’ensemble moins vite les échelons : congés maternité, temps partiel… Comme inspectrice, Frédérique Hannequin, choisit d’aller voir plus souvent les femmes que les hommes par exemple. Micro vigilance car la note d’inspection a un rôle relatif dans la carrière et devrait disparaître.

Que faire pour la visibilité des femmes et plus d’égalité?
Quelques pistes proposées par le Think Tank et nos invité.es en plus de veiller à l’application des lois existantes.

  • Lutter au quotidien contre les stéréotypes de sexes
  • Former et informer autrement : intégrer la dimension femme/homme dans toutes les formations professionnelles et dans tous les projets avec une double démarche intégrée et spécifique.
  • Faire des statistiques systématiquement et les publier
  • Nommer autrement : short listes paritaires, nommer des binômes dans les postes à hautes responsabilités, partager un temps plein en 2 temps partiels.
  • Mettre en place du mentorat
  • Organiser autrement : Interdiction des réunions tardives, recentrer les horaires des agent.es d’entretien, développer des crèches ou des aides à la garde des enfants.

Compte rendu de Danièle SOUBEYRAND

Télécharger le communiqué de presse